Saguenay—Lac-Saint-Jean > Laterrière [1880 - 1900]

Paul Couture, un pionnier de l’éducation dans le domaine agricole

La beurrerie-école de Paul Couture est une fabrique de beurre moderne qui doit servir de modèle. L’établissement, ouvert à Laterrière en 1883, attire toutefois peu les agriculteurs et manque de lait. Il doit de plus subir la concurrence d’une fromagerie.

L'activité économique au Saguenay—Lac-Saint-Jean pendant les premières années de colonisation se limite à la coupe forestière et à l'agriculture. Dans l’esprit du temps, les cultivateurs doivent être le plus autonome possible afin de vivre convenablement, car les magasins généraux sont peu nombreux et les marchandises sont limitées. C'est dans ce contexte que débutent les activités laitières dans les années 1880 et que Paul Couture fonde en 1883 une beurrerie-école à Laterrière. Voyons le sort réservé à cet établissement et les difficultés rencontrées par l'industrie du beurre dans la région.

En 1883, Paul Couture, avec le concours de son frère Octave, met en place une beurrerie-école à Laterrière. L’établissement des Couture remporte du succès pendant quelque temps. Les deux hommes réussissent même à obtenir des allocations gouvernementales afin de faire fructifier leur investissement de 3 000 $. S’appuyant dès le départ sur les innovations de l’heure, ils pourvoient la beurrerie d’un très bon équipement : séparateurs centrifuges (afin de séparer la crème du lait), baratte (pour battre la crème qui devient du beurre), malaxeur et moteur à vapeur. La beurrerie peut écrémer 2 640 litres de lait en quatre heures et fabriquer 450 kilos de beurre par jour. Ces quantités représentent des maximums qui ne seront que rarement atteints. En effet, en 1883 on produit 4 953 kilos de beurre pendant la saison qui s'étale du 2 juillet au 14 octobre, soit 45 kilos par jour. L'année suivante, 10 133 kilos de beurre sont produits du 2 juin au 3 novembre, ou 66 kilos par jour. Ces données montrent que la beurrerie fonctionne environ à 15 % de sa capacité pendant la saison estivale.

Les exportateurs apprécient le beurre des Couture, ce qui leur permet d’accéder à des marchés internationaux. Malheureusement, la beurrerie manque de lait et la production de beurre est faible, ce qui nuit aux ventes. Les agriculteurs se méfient, semble-t-il, de cette fabrique de beurre qui produit de façon industrielle. De plus, l'ouverture d'une fromagerie à Laterrière en 1886 affecte la beurrerie. Nombre de producteurs préfèrent, en effet, livrer leur lait à la fromagerie plutôt qu’à la beurrerie. La quantité de lait expédié à la beurrerie passe de 219 447 litres de lait en 1885 à 192 911 litres en 1886. Malgré les difficultés, la beurrerie maintiendra ses activités jusqu’en 1900. Elle deviendra alors une fromagerie. De petites quantités de beurre continueront néanmoins d’être produites au cours des mois de novembre et de décembre.

La plupart des beurreries qui sont ouvertes au Saguenay—Lac-Saint-Jean ont une courte durée de vie. Les marchés locaux sont quasi inexistants, ce qui rend difficile l’écoulement du beurre. En 1895, on compte quatre beurreries dans le comté Chicoutimi et deux dans le comté Lac-Saint-Jean. Parmi ces établissements laitiers, seulement deux sont en activité pendant l'hiver. Ils sont localisés à Saint-Alexis de Grande-Baie et à Saint-Alphonse de Bagotville. Outre le manque de matière première, la fermeture des beurreries au cours de l’hiver s'expliquerait aussi par la difficulté de fabriquer un beurre ayant une bonne saveur en raison du goût différent du lait produit pendant la saison froide.


Les progrès en réfrigération contribueront toutefois à rendre plus attrayante la production de beurre. Les agriculteurs et les commerçants réclament que les transporteurs maritimes et ferroviaires disposent de compartiments réfrigérés pour le transport du beurre. Vers le milieu des années 1890, le gouvernement fédéral répond favorablement à ces demandes. De son côté, le gouvernement provincial accorde des subventions pour la construction de glacières dans les fabriques.

En définitive, les débuts de l'industrie du beurre au Saguenay—Lac-Saint-Jean sont assez difficiles, mais la situation change progressivement au tournant du XXe siècle. Le marché régional est alors en expansion, mais il y a aussi les progrès dans le domaine de la réfrigération, progrès qui permettent le transport des produits laitiers dans de meilleures conditions. Malgré un succès mitigé, Paul Couture aura néanmoins fait preuve d’initiative et de détermination en investissant dans un domaine nouveau.

Camil Girard et Laurie Goulet
Groupe de recherche Histoire (GRH)
Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)
30 octobre 2003

Source :

GIRARD, Camil et PERRON, Normand. Histoire du Saguenay—Lac-Saint-Jean, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1989, 665 p.


 

 

Encyclobec a bénéficié de l'aide financière du Fonds de l'autoroute de l'information
Ministère de la Culture et des Communications

© 2003 Encyclobec