Charlevoix > Charlevoix (général) [1884 - 2003]

La presse régionale. Plus d'un siècle d'histoire dans Charlevoix

Il existe des journaux régionaux dans Charlevoix dès la fin du 19e siècle. Cette tradition journalistique régionale se poursuit jusqu’à nos jours. Toutefois, au milieu du 20e siècle la presse régionale est moins présente, mais elle connaît une relance à partir de 1960.

Il existe aujourd’hui deux journaux régionaux dans Charlevoix: le Plein-Jour sur Charlevoix fondé en 1974 et maintenant publié par le Groupe Québécor et L’Hebdo Charlevoisien créé en 1996 par des gens d’affaire de la région. Ces deux publications se donnent pour mandat de couvrir l’actualité régionale. En fait, ces journaux ne sont pas les premiers à effectuer ce travail journalistique dans le milieu charlevoisien car l’existence d’une presse régionale remonte à plus d’un siècle d’histoire dans cette région.

L'Écho des Laurentides
L'Écho des Laurentides
Crédit : Société d'histoire de Charlevoix
Charlevoix (général) []
Le Courrier de Charlevoix
Le Courrier de Charlevoix
Crédit : Société d'histoire de Charlevoix
Charlevoix (général) []
L'Écho de Charlevoix
L'Écho de Charlevoix
Crédit : Société d'histoire de Charlevoix
Charlevoix (général) []
Dès le 13 juin 1884, l’hebdomadaire L’Écho des Laurentides paraît à La Malbaie sous la direction de Simon Cimon. Ce dernier est un entrepreneur bien connu dans la région. Simon Cimon occupe aussi à diverses reprises les fonctions de député fédéral de Charlevoix de 1867 à 1872 et de 1881 à 1887. C’est un député d’allégeance conservatrice et tout naturellement son journal adopte la ligne politique de ce parti. Il faut dire qu’à cette époque les journaux sont le plus souvent liés à des partis politques, ce qui teinte nécessairement leur couverture générale de l’actualité régionale. L’Écho des Laurentides existe jusqu’au 27 octobre 1887.

Le journal hebdomadaire l’Écho de Charlevoix paraît à compter du 5 janvier 1898 jusqu’en février 1908. Cette publication est au début sans orientation politique mais devient bientôt clairement rattachée au parti Libéral. Il en est de même du Courrier du Nord, un hebdomadaire paraissant de 1928 à 1937 et qui est notamment publié par le député libéral du temps Edgar Rochette.Ces journaux sont une source d’informations importantes pour les historiens. S’y retrouvent ainsi: les faits divers, des chroniques agricoles, la vie sociale du temps, la vie politique, la mode et aussi des publicités plutôt désuètes et souvent fort amusantes pour le lecteur d’aujourd’hui.

Fait étonnant pour une région presque totalement francophone, certains journaux d’expression anglaise ont été publiés dans Charlevoix. Ces parutions estivales s’adressent aux villégiateurs et aux touristes anglophones de passage dans la région de La Malbaie. Il y a particulièrement The Murray Bay Habitants publié par Reginald T. Towsend entre 1907 et 1922 et aussi de Murray Bay Echos édité brièvement en 1956 par Harry Lorin Binsse.

Entre 1940 et 1960, la presse régionale semble moins présente dans Charlevoix. Toutefois, il faut signaler la parution de l’hebdomadaire Le Réveil à Baie-Saint-Paul entre 1947 et 1951. Ce journal est dirigé par Léon Tremblay, un enseignant de la région. Il y a aussi entre 1959 et 1961 le mensuel Le Phare qui paraît à Baie-Saint-Paul sous la responsabilité de l’éditeur Marcellin Harvey. Ces parutions possèdent une envergure plus locale et couvrent peu l’actualité locale extérieure à Baie-Saint-Paul.

Le Confident
Le Confident
Crédit : Société d'histoire de Charlevoix
Charlevoix (général) []
Toutefois, le 25 août 1960, se vit une page importante de l’histoire de la presse régionale dans Charlevoix avec la parution du premier numéro du Confident de la rive-nord édité par Marcel Guay à La Malbaie. Ce journal possède une véritable envergure régionale grâce à ses correspondants dans toutes les localités de Charlevoix. Il est possible de retrouver aussi dans cette publication bihebdomadaire des éditoriaux, des articles généraux sur l’actualité sociale et politique et une présentation visuelle de qualité agrémentée de photos à caractère artistique. Ce journal disparaît le 24 mars 1981, résistant mal à la concurrence du Plein Jour sur Charlevoix distribué de façon massive et tout à fait gratuitement dans chaque foyer à partir de 1974.

Il faut le dire, la presse régionale a bien changé avec le temps. Autrefois, il fallait payer le coût d’un abonnement et aussi recevoir son exemplaire par la poste. Maintenant, les journaux régionaux sont livrés gratuitement à chaque porte par le biais de livreurs ou encore à chaque adresse postale. Ce ne sont plus du tout des journaux politiques mais plutôt des véhicules publicitaires pour les commerçants. Leur utilité n’est pas à dédaigner car ils couvrent toujours l’actualité régionale. Tout autant qu’hier, les journaux régionaux restent des sources documentaires utiles aux lecteurs et aussi aux historiens soucieux de découvrir le passé et le présent d’une région comme Charlevoix autrement peu couverte par les grands journaux nationaux.

Serge Gauthier. Historien et ethnologue. Président de la Société d’histoire de Charlevoix. La Malbaie. 20 juin 2002.

Bibliographie ;

Gauthier, Serge et al. Bibliographie de Charlevoix. Québec, IQRC, 1984. 316 pages. (Voir pages 216-218 pour les journaux régionaux.)

Gauthier, Serge. “ Nouvel hebdo, anciens journaux ”, l’Hebdo Charlevoisien, 1, 1(9 mars 1996) : 13.




 

 

Encyclobec a bénéficié de l'aide financière du Fonds de l'autoroute de l'information
Ministère de la Culture et des Communications

© 2003 Encyclobec